Risques du vaccin antigrippe (dossier n°19)

Extrait

I. Lancement de la campagne de vaccination

La campagne 2013 pour l’inoculation du vaccin antigrippe a démarré.
Il s’agit de la mise en œuvre de moyens importants de la Direction générale de la santé qui interviendra sur les médias jusqu’à la mi-novembre 2013.
Parallèlement des sondages sont effectués pour connaître le sentiment des Français. Celui commandité par un groupe de pharmaciens indique une opposition à se faire vacciner contre la grippe.
Constatons que moins de 40 % des personnes dites « à risque » se sont faîtes vacciner en 2012. Classées dans cette catégorie, les personnes âgées de plus de 65 ans, les malades et les femmes enceintes.
Actuellement les intentions de vaccination se réduisent considérablement.
De ce fait un second sondage, celui de la CNAM (la sécurité sociale) enquête sur les « préjugés des français » et publie un contre-argumentaire pour rétablir « la vérité » sur le vaccin anti-grippal.
Les gens n’ont plus envie de se faire vacciner et les matraquages publicitaires faits par les Laboratoires à leur endroit semblent ne pas être probants.
Néanmoins la CNAM avoue « une mortalité » indirecte importante liée à une complication ou à la décompensation d’une autre maladie aggravée par la grippe.
Mais ces malades étaient médicalement « suivis » et donc vaccinés. A quoi sert ce vaccin alors ? sinon à achever les déjà mal-portants.
Doit-on en conclure que ceux qui risquent le plus de décéder, ce sont justement les vaccinés.

Et aussi dans ce dossier :

  • Les vaccins : une pollution majeure ;
  • Réactions allergiques automnales ;
  • La transpiration.


Commander la version intégrale

prix : 2,50 €