Lettre n°138: Période de grand froid - Fructose, le bon et le mauvais

Le grand froid demande à mon corps de faire des efforts supplémentaires sans que je m’en rende compte. Mon coeur bat plus vite pour éviter que mon corps se refroidisse. Cela peut être particulièrement dangereux pour les personnes âgées et les malades chroniques.

Si je reste dans le froid trop longtemps :

  • ma température corporelle peut descendre en dessous de 35 °C, je suis alors en hypothermie.
  • les extrémités de mon corps peuvent devenir d’abord rouges et douloureuses puis grises et indolores.
  • si je fais des efforts physiques en plein air, je risque d’aggraver d’éventuels problèmes cardio-vasculaires.

Quand je sors je me couvre suffisamment afin de garder mon corps à la bonne température.
Je couvre particulièrement les parties de mon corps qui perdent de la chaleur : tête, cou, mains et pieds.
Je me couvre le nez et la bouche pour respirer de l’air moins froid. Je suis encore plus attentif avec les enfants et les personnes âgées qui ne disent pas quand ils ont froid.

Je chauffe mon logement sans le surchauffer et en m’assurant de sa bonne ventilation.


Fructose, le bon et le mauvais

Ces derniers temps, j’ai souvent entendu parlé dans les médias du danger du fructose. Aussitôt alertée par cette nouvelle information, un questionnement m’est alors venu en tête. Comment est-il possible que le fructose, le sucre des fruits, un très bon sucre d’après mes notions, aurait finalement des effets délétères ?

J’ai d’abord cherché à comprendre le processus du sucre des fruits une fois mis en bouche. «Les sucres simples : glucose, fructose, lévulose, galactose, qui proviennent des fruits ou du miel, sont directement absorbables au niveau intestinal, sans subir aucune digestion au cours de leur transit dans la bouche » (1)
Puis une fois franchie la paroi intestinale, le fructose se retrouve donc rapidement dans le sang. Cette quantité de carburant disponible pourra être utilisée instantanément pour toute activité physique ou intellectuelle.
S’il y a surplus de fructose dans le sang, il ira alors dans le foie car contrairement aux autres sucres, le fructose ne fait jamais intervenir l’insuline qui régule la glycémie. Métabolisé dans le foie il est converti en glucose, glycogène, lactate et acides gras.
On peut quand même avoir une petite partie du fructose qui peut être captée par les autres tissus (reins, muscles et tissus adipeux). Ainsi le glycogène musculaire sera utilisé sur place. Le fructose a un pouvoir sucrant supérieur au saccharose, de 20% à 40% plus sucré, et surtout, son index glycémique est assez bas. Ainsi c’est un des sucres préférés de l’industrie agro-alimentaire, d’autant que son coût de fabrication est relativement faible. Il apparaît dans un très grand nombre de produits de consommation courante.
Aux Etats-Unis, on le trouve sous la dénomination de HFCS (« High Fructose Corn Syrup » pour « Sirop de maïs à haute teneur en fructose »), qui contient de 42% à 90% de fructose. En France, on le trouve plus communément sous les noms de sirop de maïs, de sirop de glucose-fructose (mais il existe aussi sous d’autres dénominations, comme « isoglucose », qui est d’autant plus déroutant qu’il ne comporte pas le terme « fructose »).
Aussi nous pouvons penser que ces produits contenant du fructose sont plutôt meilleurs que ceux dont la composition est issue des autres sucres. C’est une erreur ; ce fructose incorporé dans ces aliments est un fructose non seulement transformé mais surtout très concentré. Ingéré très facilement, il entre dans l’organisme à hautes doses insidieusement. Une suralimentation avec ce sucre sans s’en rendre compte (addictogène) entraîne une hyper-triglycéridémie, un dépôt de graisses dans le foie et les muscles.
Voilà pourquoi il y a aujourd’hui une alerte sur les méfaits du fructose.
Mais faut-il bannir les fruits ? Surtout pas et bien au contraire !
Les fruits sont composés non seulement de fructose mais également d’eau, de ferments, d’éléments minéraux, diastases, vitamines et oligo-éléments nécessaires à leur assimilation(2). Et surtout les fruits contiennent des fibres qui ralentissent l’assimilation du fructose.
La cellulose joue un rôle de lest dans le colon et sert d’excitant normal au péristaltisme intestinal.
Tous sont riches en vitamines C qui jouent un rôle important contre l’infection et dans la réparation des plaies.
Ils ont un pouvoir alcalinisant dû à la présence de Na et K qui sont fortement basiques. Les fruits sont donc excellents pour la santé, la quantité de sucre y est en dose raisonnable et mélangé avec les autres bons nutriments. Ainsi il ne sera jamais possible d’être en surdosage de fructose contrairement aux produits transformés ; ce sont ces derniers qui posent les problèmes actuels.

Et qu’en est-il des jus de fruits ?

Les jus de fruits en collation ou au petit déjeuner sont devenus très tendance. La plupart des jus de fruits fabriqués par l’industrie sont dépourvus de vitamines car les taux sont malheureusement mesurés à l’embouteillage et non pas au bout de plusieurs semaines de conservation.
Votre jus de fruits maison sera plus intéressant sur le plan nutritionnel mais il ne vous apportera pas les fibres, le sucre passera alors plus vite dans le sang. Lorsque vous pressez votre orange, ce sont les fibres restées dans le presse agrumes (ou extracteur) qui permettent de ralentir l’index glycémique. De plus dans un jus vous consommerez plus de fruits donc plus de sucres que si vous les croquiez.

Pour conclure : la transformation hépatique en éléments lipidiques du fructose ingéré en excès est rapide. Avec ces connaissances aujourd’hui il est primordial de limiter la consommation de fructose aux apports résultant d’une alimentation équilibrée en fruits et légumes.
Fuyez le fructose transformé !

(1) Donnée issue de l’ouvrage : « les associations alimentaires » tome 1, auteur : Désiré Mérien, en vente à la librairie Nature et Vie - 8 impasse des roitelets – 56270 Ploemeur
(2) Donnée issue du livret : « Menus et recettes hygiénistes » en vente à la librairie Nature et Vie - 8 impasse des roitelets – 56270 Ploemeur